Astuces pour réaliser un arbre à l’aide d’une éponge

L’Aquarelle et l’éponge naturelle :

Un exemple d’application de l’éponge naturelle : Pour le traitement des arbres  à l’aquarelle, il existe différentes possibilités de les représenter de manière générale. Au delà, bien sûr des caractéristiques qui les différencient par espèce. Pour nous autres aquarellistes, outre le pinceau et ses différentes formes, une éponge naturelle peut devenir un allier efficace. Pour cet exemple, j’ai fait le choix de 2 couleurs pour simplifier et harmoniser la représentation. Il est évident que du jaune, du vert et du bleu feront tout autant l’affaire. L’impératif étant d’apposer en premier la couleur la plus claire.

 Matériel :  

– un bloc centenaire 24 X 32 grain torchon,

– une éponge naturelle

– un pinceau Raphaël n°6 – 8402 marque Kolinsky

ou un Gulliver n° 6 Isabey 6318 Kolinsky

 

Couleurs :  

– Terre de sienne brûlée

– Bleu outremer

 

Etape 1 : Après avoir légèrement humecté l’éponge, je charge celle-ci de terre de sienne brûlée.

photo de l'éponge dans la palette

 

Etape 2 : Avec l’éponge, pas besoin d’esquisse, par de légers contacts de mon éponge, j’applique directement sur le papier.

Attention, La quantité d’eau et la pression joue un rôle. Je commence à traiter l’arbre pas son côté lumineux.

premiere application de l'éponge

 

Etape 3 : Sans rincer mon éponge, je la charge à présent de bleu outremer que j’appose toujours par contact près de la terre de sienne brûlée. La fusion des 2 couleurs se fera automatiquement.

 

Etape 4 : A l’aide du pinceau, je profite de l’humidité du papier pour créer les branches et le tronc avec de la terre de sienne brûlée et du bleu outremer.

 

Etape 5 : Dans l’humide du tronc, je poursuis en réalisant l’ombre portée au sol.

 

Etape 6 : Avec l’éponge je viens à nouveau créer l’ombre portée du feuillage au sol

 

Etape 7 : J’ajoute quelques branches sur les ombres au sol.

 

Etape 8 : Dernière retouche, j’ajoute quelques branches à mon arbre pour son esthétique et son équilibre.

 

Etape 10 : Pourquoi ne pas pousser plus loin ? Par le même procédé je construis 3 bosquets, un petit bout de chemin…

 

Etape 12 : J’ajoute 2 piquets, un bout de fil, toujours avec les mêmes nuances.

 

Terminé, je jette l’éponge^^  bon d’accord c’est un peu facile mais je ne pouvais pas conclure autrement…